Inheritance of Madness
Il est temps pour vous d'exister, N°X.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

[Chapitre I] Arrivée dans la Désolation
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
   Inheritance of Madness Index du Forum  .::. Out of This Dimension  .::. Néant
Aller à la page: <  1, 2
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Kein Deft


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2009
Messages: 6

Message Posté le : Mar 25 Aoû - 13:32 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Ecoutant un minimum la conversation, Kein avait déjà prévu le fait qu'ils ne croyaient pas à ce qu'ils leur étaient arrivé. Evidemment, qui pouvait croire à leur histoire ? Il fallait voir Philemore pour prouver tout cela. Evidemment, le jeune homme pensait déjà que c'était peine perdu, qu'il ne croirait pas l'existence de Fergesson qui, lui, devait certainement faire quelques affaires à sa tour. Et il était bien énervé par le comportement inadmissible de plusieurs personnes dans le groupe. Mais il était le cadet des problèmes pour ce moment-là.

Deft essaya de trouver une histoire assez rationnelle pour combler le grand homme. Ce n'était peut-être pas suffisant, ce n'était peut-être pas ce que voulaient quelques personnes comme Schiffer, mais il n'avait pas le choix, si Muradin pouvait les aider. C'est alors qu'il sortit de son mur pour ainsi dire :


"Excusez nous, apparemment, on se méfie souvent des personnes, jusqu'à devenir parano. En fait, nous sommes une troupe en recherche d'une artefact... On est arrivé jusqu'ici et on est tombé inconscient à cause de la neige. Pour ce qui est de ce robot, elle est juste venu mais elle veut juste refuser de dire ses origines."

En caressant sa nuque, il se présenta. Kein Deft. Il ne donna pas d'autres informations, pensant que cela ne servirait à rien. Le jeune homme regarda Schiffer, Ike et Léto avec un regard pour dire de ne pas ajouter des choses contradictoires envers ce qu'il avait déclaré, cela pouvait mal se passer.


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Mar 25 Aoû - 13:32 (2009)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Rémélia


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 10
Localisation: Marseille, pour l'instant.

Message Posté le : Mar 25 Aoû - 16:05 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Elle n'ouvrait pas les yeux. Elle ne bougeait pas. Elle se contentait de percevoir. Percevoir toute présence qui s'approcherait d'elle. Elle n'avait plus son trident, elle était étendue dans un lit, mais elle sentait encore ses dagues. Elle n'était pas désarmée. Des voix se firent entendre. Des voix qu'elle avait déjà entendu. Mais ou... Ou? La réponse lui vint avec un délicieux courant d'air froid.
Elle était Rémélia, elle était l'héritière de la plus puissante tribu de son monde natal, dépositaire d'une arme/relique et combattante exceptionnelle. Elle avait été "invité" par un portrait, qui s'était rapidement révélé être plus qu'un simple tableau vivant. Celui-ci avait insinué qu'il n'y avait pas de réalité réelle. Que tout était faux, qu'il y avait un créateur et que celui-ci ne faisait que s'amuser. Mais Rémélia n'en avait cure! Le "Créateur", si tant est qu'il exista, lui avait donné une position confortable. Sa vie lui plaisait, elle n'aspirait qu'à y retourner, même si en même temps, la perspective d'un tel défi, la perspective d'un succès ne la placerait pas seulement au sommet de sa tribu, mais sur le toit de son monde. C'en serait fini des guerres et des soucis, finit et pour de bon. L'idée lui plaisait. Elle se remémora la suite des évènements. Des mâles en rut qui se savaient garder leur calme les avait privés d'une aide potentielle. 2 personnes, pour être précise. Dont l'une avait reçu une sévère, mais méritée, correction. Pourtant, au son qu'elle entendait, ça ne semblait pas l'avoir calmé.
Clay était calme. Mais il chipotait beaucoup trop. Cet homme n'agissait-il donc que par intérêt? N'avait-il pas le simple gout de l'aventure, d'expérience nouvelle, d'épreuve sur lesquelles éprouver ses capacités?
Quelqu'un ferma la fenêtre.
Elle ouvrit enfin les yeux, doucement. Un homme portant une lourde armure de combat, ornée d'un lion sur la poitrine. Il parla et évoqua des noms qui ne lui disaient rien. Ainsi, malgré le froid et la neige, elle n'avait toujours pas retrouvé son univers... Elle écouta, comme toujours. Il félicita son infirmier, Nebulon, de les avoir sauvés de la neige et du Fléau. Elle ignorait ce qu'était le fléau, mais la neige ne lui posait aucun problème. C'était un fait. Le mâle en rut Schiffer reprit la parole, quelle indiscrétion! Quelle stupidité! Quelle franchise?!? Il présenta le "robot" Leto, Ike et précisa en parlant de Clay "sénile". Hmm, son attention s'était donc portée sur ces 3 personnes, et seul Clay lui inspirait de l'antipathie. Elle avait donc réussi à rester discrète. Autant que possible, il fallait qu'elle le reste.
Quelques discussion, Leto venant d'un monde ou la technologie était très avancée, un gnome froissé dans son orgueil et une information. La haine entre le peuple des gnomes et celui des gobelin était aussi viscérale qu'ancestrale. Information à retenir.
Le dénommé Muradin leur demanda leur réelle origine et Rémélia resta silencieuse. Elle savait que ni Ike, ni Schiffer ni Leto ne devait répondre, de ce qu'elle avait vue avec Fergesson, ils manquaient cruellement de self contrôle, de diplomatie et de subtilité. Étrangement, elle souhaita que le vétéran prenne la parole. Peut-être pourrait-il perdre Muradin dans l'un de ses long monologue.


Revenir en haut
              

Hero Ike


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 71
Localisation: Montréal, QC

Message Posté le : Mar 25 Aoû - 17:10 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

"En faite mon cher nain, nous n'existons pas. Et vous non plus d'ailleur. Rien n'existe et rien n'est réelle, donc notre histoire ne l'es pas non plus. Apparament, la seule chose qui compte, c'est la main de la quinte de toux ou un truc du genre."

Ike était heureux de savoir qu'il n'était pas le seul à trouver cette histoire complètement débile et sans fondement. Il attendit la suite, pour voir si le groupe allait réussir à prouver toute ces foutaise. Mais il en doutait fort, puisque rien ne leur avait été prouvé à eux, qui devaient sauver le monde, alors surement que le nain qui n'avait rien a voir la dedans n'y comprendrais rien.
_________________





Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur      MSN   

Schiffer


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 43
Localisation: Québec

Message Posté le : Mar 25 Aoû - 23:16 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Schiffer écouta Ike parler, puis ses sourcils se froncèrent devant la franchise du jeune mercenaire, pourquoi donnait-il toutes ces informations !? Avant que ce dernier puisse en dire plus, il ajouta :
''En fait, nous inventons plusieurs raisons bizarres car nous ne pouvons sous aucun cas vous raconter notre vrai objectif, croyez moi, vous aimeriez ne pas le savoir.''

_________________
3. Schiffer's Theme - Hero of Midgard


Revenir en haut
            MSN   

Léto


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 23

Message Posté le : Mer 26 Aoû - 00:10 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Léto se dit intérieurement que c'était une grosse maladresse de tenter de leur expliquer ce que Philémore leur avait raconter... Enfin elle était surtout gêner par la réaction du gnome, mais celui-ci étant parti, elle ne trouva rien à dire. Elle détourna les yeux vers l'homme âgé du groupe, en espérant qu'il trouve quelque chose à dire, ne voulant pas prendre le risque de parler elle même, afin de ne pas empirer la situation.

Revenir en haut
              

Hero Ike


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 71
Localisation: Montréal, QC

Message Posté le : Mer 26 Aoû - 02:22 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Parfait, personne n'arrivait à expliquer ce qui se passait. Plus c'était débile, plus Ike se sentait rassuré. Les événement antérieur lui avait fait penser que peut-être il était fou et inconscient. Mais ce n'était pas le cas, puisque personne n'avait rien comprit de la situation. Sauf peut-être ceux qui s'étaient abstenu de parler.

Mais les absent ont toujours tord !

Maintenant, ils allaient devoir mentir à un nain pour obéir à un vieillard magique ? Pourquoi ne pas tout raconté à Murin ? En quoi était il moin digne de confiance que ce fou à lié de Phillemore ? De la confiance, il n'y en avait nul part dans ce groupe. Bien que Ike n'ait aucun préjugé sur ceux avec qui il allait devoir coopéré, il voyait bien que personne n'était du même avis. Certain avait foi en Phillemore, d'autre le prennait pour un fou. Et entre les deux, quelque-un ne lui portait pas d'attention ou bien fesait semblant de le croire pour mieux le trahir.

À ce rythme, le groupe courait à sa perte bien avant d'avoir à affronter quelque danger que ce soit. Il voyait maintenant ce ramassis d'élu comme une bande d'individus incongrus, tous aussi fabuleux les uns que les autre mais n'ayant aucun point commun.

Si seulement ont leur avait expliqué leur importance au seins de cette alliance plutôt que de tenté des les forcer à faire équipe, la tension qui se fesait sentir dans la pièce serait peut-être moin elevé.


*Je suis un Pion*
_________________





Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur      MSN   

Muradin
Invité

Hors ligne




Message Posté le : Mer 26 Aoû - 10:19 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Le nain était on ne peut plus confus, il sentait clairement une certaine gêne dans le groupe. Les paroles de Kein Deft semblaient plausibles, mais déjà un autre répétait la première version, qu'ils venaient d'une autre dimension, qu'ils avaient une mission à accomplir et... qu'ils n'étaient pas réels ?! Certes, les nains avaient déjà eu à combattre les terribles Orcs qui avaient traversés le Portail Noir crée par le Sorcier Medivh mais... pour creer des vortex dimensionnels, il fallait une puissance magique hors du commune !
L'air grave, il se pencha vers le groupe.


"Ecoutez, si c'est une plaisanterie, elle n'est plus drôle ! Vos justifications n'ont..."
"Ha ha!"

D'un air triomphant, Nebulon rentra dans la pièce, il n'était plus seul, quelqu'un était derrière lui.

"J'ai la preuve même que vous êtes venus pour espionner nos recherches !"
"Nebulon, je t'en prie..."
"Désolé, mon chef. Mais... vous vous souvenez de la première personne que nous avons trouvés dans la neige, inconsciente, bien avant eux ?"
"Oui, vous devez sans doute parler de M. Aurion mais..."
"J'ai ici une lettre qui lui appartient... que je vais vous lire, et dont le contenu prouve que vous êtes des alliés des gobelins !"

Tandis qu'un être humanoïde à la forte stature et aux cheveux rouges entrait dans la pièce, Nebulon se mit à sortir un bout de papier de sa poche, une lettre pour être plus précis... il la lit, tandis que tous écoutaient en silence :


 
Citation :

"Chers compagnons. Chers amis...
En vous envoyant dans le Northrend, j'ai eu la vague impression qu'ils manquaient des membres du groupe. J'ai fait quelques recherches et trouvé Sire Kratos Aurion, un mercenaire de talent, qui vous aidera dans votre mission. N'oubliez pas votre objectif premier : Trouver le morceau de la Quintessence ! Pour cela, vous avez carte blanche.
Cordialement, Philemore Fergesson."




Et tandis que le gnome se vantait d'avoir trouvé la vérité, Muradin regardait d'un air étonné le groupe, qui lui observait le nouvel arrivant.

-HJ- Logiquement, Kratos Aurion fait maintenant partie du groupe. -HJ-


Revenir en haut
              

Kratos Aurion


Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2009
Messages: 4
Localisation: Est encore à déterminer.

Message Posté le : Mer 26 Aoû - 13:48 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Le Néant, dans son plus simple appareil. Un sommeil semblant durer une éternité. L'inconscience... Ou l'état de liberté ultime. Coupé du monde, n'ayant plus aucune contrainte, ne sentant plus rien, n'étant plus acquitté d'aucune tâche, l'inconscient état en effet l'homme le plus libre au monde. L'inconscient du jour était Kratos Aurion. Un héros légendaire traversant les âges, au passé tumultueux mais qui eut retrouvé la rédemption il y a peu. Mais aujourd'hui, on contrôlait même son inconscience, car on l'emmena loin de chez lui, et on le réveilla le plus simplement possible. Kratos pensait mériter un repos bien mérité... Mais ce jour-là, il serait privé de liberté à nouveau, car contraint de sauver l'Univers entier. Une lourde responsabilité pesait à nouveau sur ses épaules. Il pensait pourvoir se débarrasser de ce poids... Mais il semblait qu'il devait attendre encore un peu.

Kratos entendit des voix dans son sommeil, sous forme de manifestation dans ses rêves. La voix se décrivit comme appartenant à Philemore Fergesson, un chevalier déchu qui entreprenait la quête de retrouver des artefacts ultimes, qui une fois rassemblés, constituaient la Quintessence, soit le pouvoir de Dieu dans les mains d'un homme, c'est à dire la manipulation de toute chose. Un pouvoir incommensurable qui, sans doute, ne devait pas être dans ses mains... Mais peu importe, l'improvisation s'imposerait en temps voulu. Quoiqu'il en fut, après plusieurs explications sur la rationalité de l'existence même de Kratos et de la vie dans l'Univers, Philemore jugea bon de permettre à Kratos de déployer ses propres ailes. C'est ainsi qu'il le réveilla en un instant, de façon mystérieuse. Kratos ouvrit lentement les yeux. Il ne sentait rien, et ne pensait rien, mais peu à peu, ses sens et sa perception mentale s'éveillèrent. La première sensation qui lui vint au corps fut le froid. Prenant son courage à deux mains, il tenta alors de se relever, les muscles tremblant encore sous l'effet d'une inertie prolongée ou du froid lui-même, voir des deux, car il était couché dans la neige. Peinant à se mettre debout, il y parvint d'abord en ayant les jambes écartées. Il regarda alors autour de lui. Un paysage de montagne, de la neige à perte de vue... Et un gnome qui lui tapotait sur le pied.


" Youhou ! chui la ! "

Interloqué, Kratos baissa la tête et aperçut le petit être. Il y eut un court échange entre eux. Par ce court échange, Kratos apprit qu'il était dans une région de ce monde qu'on nommait ici le Northrend. Kratos incrusta ce détail dans sa mémoire : chaque indice sur sa situation actuelle allait être de mise. Apparament, il était bien loin de chez lui. Dans un tel cas, il fallait agir avec toute la ruse qui était possible. Il avoua simplement son nom et son prénom au gnome pour le moment. Ce dernier l'accompagna alors jusque dans une base construite sous une montagne avant de lui faire rejoindre une infirmerie. Il y rencontra alors un nain nommé Muradin, ainsi qu'un gnome nommé Nebulon. Kratos reçut des soins de la part des infirmières, et les deux protagonistes ne lui posèrent pour le moment aucune question. Ils se contentèrent de lui parler amicalement et de tester son sens de l'humour à l'aide de quelques dernière blagues naines à la mode. A chaque blague sortie, Kratos souriait légèrement en se passant la main dans les cheveux. C'était là sa façon d'aimer une blague. Ces dernières lui permirent de se relaxer un peu : il se dit que ses questions allaient trouver des réponses en temps et en heure, et qu'en situation inconnue, il ne fallait pas bousculer les choses, et faire comme si de rien était, s'intégrer à n'importe quelle situation. Kratos avait été un espion exemplaire par le passé et n'avait pas oublié ces fondements de l'observation. Après quelques échanges courtois, Kratos put sortir de l'infirmerie et explorer la base naine, qui par conséquent était aussi celle des gnomes. Un phénomène technologique intense, voila comment Kratos décrivait ce campement. Il eut l'occasion de discuter avec quelques naines  et avec quelques gnomes dans leurs quartiers respectif. Il eut l'occasion de voir toutes les coutumes et tous les produits de terroir de ce drôle de monde. L'observation passait aussi par ces détails en territoire inconnu.

Kratos marchait à présent dans la base et fit le point. Apparament, la voix de Philemore Fergesson n'était pas un rêve : il l'avait emmené bien loin de Derris-Kharlan, sa cité du Cruxis. La quête sur cette Quintessence était bien d'actualité pour le héros. En revanche, Kratos prit le temps de réfléchir sur la théorie du réel et de l'irréel proposée par Philemore : cela semblait être de la manipulation pour mieux contrôler ses actions. En tout cas, Kratos se toucha le bras, et sentit quelque chose qui, pour lui, était réel, à savoir son corps. Peut-on toucher quelque chose de consistant si l'on n'est pas réel ? Le corps de Kratos est bien là, il existe. S'il n'existait pas, alors Philemore n'aurait pu demander l'aide de Kratos. Tout ce qu'avait vécu le héros en 4000 ans était bien réel. Philemore devait juste avoir une vision particulière du réel et de l'iréel, même s'il savait beaucoup de choses sur la Quintessence. En parlant de cet artefact, il fallait en avoir le coeur net. Kratos se dirigea alors vers des marchands pour les questionner sur cet objet, pour voir s'ils connaissaient quelque chose sur ce sujet.

Mais alors qu'il allait s'employer dans cette action, il fut interpellé par un médecin. Ce dernier lui annonça que le nain et le gnome de l'infirmerie avaient " trouvé ses coéquipiers" et qu'ils lui demandaient de revenir au plus vite pour clarifier leur situation. Kratos fronça les sourcils. Des coéquipiers ?... Alors il n'était pas seul dans cette quête ? Le héros soupira, mais de soulagement... Au moins, des gens étaient dans le même bateau que lui. Au sein d'un groupe, la tâche qui lui était confiée lui serait certainement moins difficile, même si elle le restait un peu. Avec un peu de chance, ces coéquipiers venaient de son monde, et dans le meilleur des cas, ils feraient partie de ses connaissances. Kratos ne se fit pas prier deux fois, il ne fallait pas sauter sur cette occasion d'en savoir plus. Il suivi le médecin.

En approchant de l'infirmerie, Kratos entendit le gnome s'agiter et le nain qui tentait de le raisonner. Apparament, son groupe n'avait pas été aussi prudent que lui... Kratos avait la désagréable sensation qu'il devait rectifier le tir. Tout en approchant lentement, il prit soin de bien écouter ce qui se disait dans la salle. Une fois que le gnome eut fini de parler, Kratos prit alors le soin d'entrer dans la pièce.


Theme de Kratos

Il fixa alors les protagonistes un par un. Evidemment, ç'aurait été trop beau : il ne connaissait donc personne. Mais ce n'était pas si grave que cela. Il allait certainement apprendre à les connaître chacun leur tour en temps et en heure. Pour le moment, il se contenta d'hocher la tête en signe de salut respectueux, parce que la situation l'empêchait de faire plus. Il ne pouvait leur dire qu'il était enchanté de faire leur connaissance, car ils étaient sensés se connaître. A partir de ce moment, ils étaient dans la même galère... Et il fallait croire que les plus jeunes du groupe avaient aggravé la situation en s'emportant, au point d'arriver à énerver le petit gnome pourtant sympathique précédemment avec Kratos.

Le héros décida alors de rectifier le tir. Pendant que le gnome s'exitait sur eux, il avait conçu un plan derrière la porte. Aussi prit-il le soin de se ranger auprès de ses nouveaux camarades, pour faire face au nain et au gnome, avant de prendre la parole, dévoilant une voix grave, mais suave et sensuelle, agréable à écouter.


" Avec tout le respect que je vous dois, sire Nebulon, il s'avère dommage d'en arriver à de telles conclusions. Nous autres, humains, ne sommes-nous pas vos alliés ? Il faudrait vraiment que nous soyons peu scrupuleux, tel un groupe de bandits, pour oser s'allier aux gobelins. Ce serait vous offenser cruellement, je le conçois bien.
Aussi, veuillez excuser les membres de mon groupe. Notre expédition a mal tourné, nous avons été attaqués par des monstres. Nous avons perdu le contrôle et nous avons été obligés de nous disperser. C'est en vérité une chance que l'on se soit tous retrouvés ici, et nous n'aurions pu le faire sans votre aide. Vous avez toute notre gratitude. Encore une fois, nous nous estimons heureux d'avoir des alliés de telle qualité. Pour ce qu'ils ont dit, veuillez les comprendre. Ils ont été troublés par cette attaque. Comme vous avez pu le constater, tout le groupe s'est évanoui. Il est normal qu'au réveil, nous avions un peu de mal à émerger vers la réalité : le trouble psychologique a perturbé leur raisonnement, si bien qu'ils ne savent plus ce qu'ils disent. Ce n'est pas de la folie, ni de l'imbécilité, et encore moins de la provocation ou de la plaisanterie. Offrez-leur juste le temps de retrouver leurs esprits, je vous prie. Pour le robot... Nos espions l'ont volé à des gobelins, en effet. Mais il a été reprogrammé par des talentueux ingénieurs résidant dans notre royaume, afin qu'il ne puisse obéir qu'a notre groupe. Voila pourquoi il se montrait réticent envers vous. Mais ne vous inquiétez pas, il ne le fera plus.
Pour ce qui est de la lettre, il ne nous sert à rien de nous cacher auprès de nos alliés. Nous venons de la capitale du royaume humain, et nous avons été chargés par Philemore Fergesson, un noble de la capitale, de retrouver cet artefact qui est un trésor oublié de tous. C'est pour cela que notre expédition est arrivée, car cet objet précieux devrait-être sur ce continent. Comme vous l'avez cité, cet objet se nomme la Quintessence, et il semblerait qu'il ait des attributs magiques bien prononcés. Si c'est le cas, son pouvoir pourrait aider notre civilisation, et celles de nos alliés, à progresser ensemble dans ces temps difficiles. Nos objectifs sont purement pacifiques. Aussi, votre aide serait la bienvenue. Si vous savez quoi que ce soit sur cette Quintessence, nous acceptons avec plaisir de vous écouter dès maintenant. "


Kratos avait sorti le grand jeu. D'abord, il se souvenait aisément que dans son propre monde, les nains et les humains étaient alliés, et que les gnomes étaient des monstres. Et si c'était bel et bien le cas ici aussi, il fallait en profiter. Aussi Kratos joua la carte de " l'immense gratitude" auprès du gnome pour attirer sa confiance. Enfin, il comptait sur ses camarades pour qu'ils jouent le jeu avec lui : il fallait qu'il suive ce qu'il disait et prétendre eux-aussi provenir du Royaume humain de ce monde. Kratos espèrait qu'il y en avait, ou que s'il y en avait plusieurs, le gnome ou le nain les énumèrerait : Kratos et son groupe n'auront plus qu'a en choisir un au hasard pour être tirés d'affaire. D'autant plus qu'ils auraient acquis plus de connaissances sur ce nouveau monde.

Ayant fini de parler, et attendant désormais la réponse du nain et du gnome, Kratos jeta un oeil derrière lui et fixa ses nouveaux alliés : il leur demandait, à travers son regard, de lui faire confiance s'ils souhaitaient s'en tirer. L'heure des présentations viendrait plus tard.



Edit du Gardien : J'ai édité un peu certains termes sachant que le groupe est en réalité dans une base comme dans le jeu original, la cité se trouve non pas en Northrend mais dans le pays de Dun Morogh. Erreur commune et pas trop grave, je te rassure.
Bon jeu.


_________________


Revenir en haut
              

Hero Ike


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 71
Localisation: Montréal, QC

Message Posté le : Mer 26 Aoû - 18:18 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

*pfffffffffffffffffffffttt*

Mensonge mensonge mensonge. Ne savait-il pas que les mensonge vous revienne toujours à la figure ? Personne ne les avait attaqué, et Ike avait trop bien conservé sa mémoire pour se voir accusé de trouble psychologique. Peut-importe, s'il fallait monter le nain en bateau pour pouvoir abuser de lui, il en serait ainsi. Évidemment, Ike n'était pas d'accord, mais le groupe était constitué de tellement de beau parleur qu'il se verrait remit à sa place à la moindre tentative.

Au moin, avec l'arrivé de Kratos, sa leur fesait un allié de plus, donc normalement ils en auraient finis plus vite avec cette quête.

_________________





Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur      MSN   

Muradin
Invité

Hors ligne




Message Posté le : Jeu 27 Aoû - 18:34 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Inheritance of the Creator OST - Welcome in Northrend

Le discours de Kratos sema clairement la discorde dans l'esprit de Muradin, et dans celui de Nebulon.
Un royaume humain ? C'était troublant oui, il n'avait pas eu de nouvelles de Gilneas. Kul'Tiras était logique... Lordaeron ? Non, il aurait eu des nouvelles de Terenas et son fils.

En réfléchissant bien, le seul royaume possible était Stormwind... ou bien un pays caché de tous dans les mers ? Peut-être sa base était le premier campement nain qu'ils voyaient ? C'était intéressant.
Parlons aussi de cette Quintessence ! Un artefact particulier caché au Norfendre ? Peut-être avait-il un lien avec... ?
Il fallait le demander.


"Je vois parfaitement votre situation, et je suis ravi de vous accueillir parmi nous."
"Par contre, je n'aime toujours pas ce robot, là."
"Taisez-vous un peu, Nébulon... imaginez un peu la tête des gobelins s'ils vous voyaient alliés avec un de leurs robots !"

L'infirmier sourit, avant de faire ses excuses. Il était gêné, bien sûr. Il avait toujours eu un caractère assez... excessif.
Avec calme, il se mit à préparer des boissons chaudes au groupe. Tandis que Muradin continuait à parler...


"Je ne sais pas la nature de votre Royaume, mais en tout cas, voyez-vous, nous sommes AUSSI à la recherche d'un certain artefact, et je mettrais ma main au feu que votre Quintessence est plus ou moins lié au but de cette expédition..."

Nebulon tendit une tasse de... chocolat au nain puis au reste du groupe. Il était rapide dans la préparation, lui.
Avec un rire typiquement nain, il se mit à boire le breuvage tout en continuant son monologue.


"Nous recherchons une épée Runique, un artefact légendaire nommé Frostmourne. Parait-il cette lame serait extrêmement puissante et contiendrait des énergies inconnus jusqu'alors. Par curiosité scientifique, nous avons décidés d'aller en Northrend, ce continent, et nous avons rencontrés... Le Fléau.
Je ne sais pas si vous le connaissez, c'est quelque chose de horrible. Ce sont des mort-vivants de toute sorte, en masse, en quantité quasi infinie... ils peuvent entre autre refaire leurs troupes avec les cadavres de nos alliés, je ne vous dis pas le choc des soldats quand leurs propres frères voulaient les tuer... ce sont les Hérauts de la Mort elle-même !"


Il déglutit, puis trembla un peu. Nébulon aussi semblait terrifié, un spectacle qu'ils ne souhaitaient montrer à personne.

"C'est dangereux de rester seul, je vous propose de vous joindre à nous pour trouver les deux artefacts, puis quitter ce continent une bonne fois pour toute, êtes-vous d'accord ?"


Revenir en haut
              

Léto


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 23

Message Posté le : Jeu 27 Aoû - 20:05 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Le regard de Léto se posa sur le nouvel arrivant. Quel était cet homme qui semblait envoyé par Philemore? C'était quoi ces histoires de gobelin dont elle en était une machine reprogrammée? Néanmoins sa venu la sauva, elle et le groupe, et décidé de jouer le jeu. Elle hocha donc la tête en souriant, sans oser parler.

Cependant, elle se posa quand même une question, cet homme était-il dans le même cas qu'eux, ou était-ce un ami "intime" de Philémore, qu'il pouvait avoir envoyé pour les espionner. Elle devait rapidement comprendre sa véritable nature, si elle souhait l'empêcher d'être une nuisance plus tard.


Revenir en haut
              

Night


Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2009
Messages: 13

Message Posté le : Dim 30 Aoû - 19:10 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Night était bouche bée, il ne savait quoi dire, tout est passé si vite pour lui, il écoutait déjà ce que disais les petits êtres, discret, mais suite à l'arrivée de Kratos il cru d'abord à une mauvaise surprise mais cet homme était vraiment à redouter, il fallait se méfier, il savait que ses " camarades " partagaient surement la même pensée. Il se remit les idées en place et se demandait à quoi ils allaient tous participer en étant confronté à une menace nombreuse et dangereuse.

Par rapport à ce que le nain venait de dire au groupe Night demanda en disant ce qu'il pensait avoir compris.

"Vous voulez qu'on vous aide à récupérer cette arme ? Pourquoi vous nous avez raconté cette histoire ? Cette armée pourrais envahir ce " monde " ? "



Il venait de dire tout ce qui le tracassais après cette curieuse histoire, il se tourna vers Kratos pour le regarder et voir si il ne faisait pas semblant de quoi que ce soit.
_________________
Sogeking.


Revenir en haut
              

Schiffer


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 43
Localisation: Québec

Message Posté le : Lun 31 Aoû - 03:05 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Trop d'informations, une épée bizarre un supposé nouvel allié, le fléau... Trop de nouvelles informations...
''Haaaaannnnnn'' fut tout ce que Schiffer murmura, aucune question idiote ni d'attaques envers les autres, il se contenta d'écarquiller les yeux et de se reculer un peu plus vers le mur, la présence de ce Kratos était forte et le poussait au respect... Non! Le jeune homme pensa qu'il ne devait pas se faire d'idées sur lui, le classer neutre serait correct, il possédait trop peux d'informations sur lui, se décider sur son cas serait inutile.
_________________
3. Schiffer's Theme - Hero of Midgard


Revenir en haut
            MSN   

Clay


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 45
Localisation: Eltz

Message Posté le : Lun 31 Aoû - 13:42 (2009)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation Répondre en citant

Clay était adossé au mur à côté de la fenêtre. Après que l'étrange nain, qui semblait dirigé ces lieux, s'était pris la peine de fermer la fenêtre (En espérant que la douche froide ai fait son effet sur ses impétueux et irréalistes alliés !), il n'eu d'autre choix que d'écouté leur situation attentivement. Beaucoups de choses se dirent, on le présenta même pour lui, mais à aucun moment il ne se manifesta; il était visiblement aigri. Cela peux paraître idiot et ridicule dit comme cela, mais il ne supportait vraiment pas le fait qu'il allait devoir se supporter une telle équipe incapable de réaliser la réalitée de leur situation et des dangers auxquels ils doivent faire face, ni d'écouté un ainé comme lui qui est sencé leur montrer la voie à suivre pour qu'il réalisent une fois pour toute le danger et la réalitée, aussi difficile et inacceptable soit-elle. Mais visiblement, ceux-ci sont sourds à ses explications. Il a l'impression que sa "douche froide" (Ou devrait-on dire; son "vent froid") n'a refroidis presque personne. Il a bien remarquer une baisse de tension chez la pluspart des personnes dans la salle, mais quand il entendît les jeunes prendrent la parole aux demandes d'explication du nain, il compris que ses explications n'avaient servient à rien.

Etaient-ils idiot ? Ou bien étaient-ils tout simplement frappé d'une irrémédiable maladie mentale que l'on appelle la stupiditée inhérente ? C'en était trop. Mais Clay ne prendrait pas la parole, combiens les énormitées que sortiraient ses coéquipiés. Il fallait qu'ils apprennent par eux-même. Si des mots ne suffisent pas, alors les conséquences de leur actions parleront par elles-même. Il laissa ses coéquipiés rejetté de leur moisseuse bouches des mots semblable à un pâteux ragoût mal cuisiné et dégoûtant que l'on aurais cuisiné sous trois mètre cube de sable. Chacun de leur mots, de leur verbes, de leur phrases ... Constituaient à elles-seules de monuments de stupiditée, d'ignorance, de naïvetée. C'était insupportable. Il devait argumenter avec ça ? C'était impensable, malgrès ses avertissements ils n'ont pas la moindre réalitée de la situation. Déja que eux ils ont eu du mal à croire une histoire qu'ils ont vu de leur yeux vus, pensaient-ils vraiment qu'un étrangé allait gober une telle histoire venant de personnes originaux qui ont tous l'air plus perdues les une que less autres ? C'était fou, incroyable, démentiel, et à la fois tétanisant, grisant, déprimant. Les mots qui venaient à l'esprit de Clay à l'écoute de ces monologues miévreux n'étaient que des apologies des mots les plus sordides et pessimiste, parfois saugrenu de leur natûres, alors que chacun des mots de ses coéquipiés semblaient périmé et désué à l'instant même qu'ils naissaient à travers leur bouche dans l'esprit d'autrui. Oublié à l'instant de leur création. Des fils du néant. L'apologie de la passivitée dans l'activitée. C'était peut-être sans rapport, mais il revenait à l'idée de Philemore qui disait que nous "N'existions pas", et il se dit qu'il avait raison; rien n'existais moins que ces gens transparents et vides par leur naïvetée divine. Tout était déprimmant autours de lui. Le blanc de la salle l'était, les lits l'étaient, le vide du mobilier l'était, l'étendue blanche vide que l'on pouvait aperçevoir par la fenêtre juste à sa gauche l'était, et plus que tout, le monologue de ses camarades l'était. Tout n'était qu'apologie de la dépression. Tout était ... Vide. Incroyablement vide. Il ne trouvait plus rien vivant. Tout était ennuyeux et désespérant dans le spectacle auxquel il assistait. Il n'avait définitivement plus l'envie de s'impliquer pour les sauvés ... Non, il n'en avait plus la force. Ses moyens le perdait, alors qu'il s'égarait dans ses pensées et oubliait tout, ne voulant plus y pensé, s'évadant dans la seule prison libre encore saine en des moments si difficile ... Son esprit.


L'esprit de Clay était des plus étranges. Il se voyait debout, sur une minuscule île flottante d'à peux prêt 6 mètres carré si l'on devait donner une mesure approximative. L'île volait au milieux de nulle part, entouré d'un ciel chaleureux aux couleurs mi-teinte d'un soir naissant, et quelques nuages traversant cet agréable décors emproté par une brise fraiche et sympathique. Lorsque Clay avait tout perdu et qu'il avait possibilitée de s'évadé, c'est là qu'il se rendait. Le plus proffond de son âme ... L'image de son esprit. La petite île était ma foi fort sympathique; l'on y trouvait, nottament, des arbres de tout bords qui s'y dressaient, chêne, sapin, pin sylvestre, et même palmier ... C'était assez onirique de voir une telle flore, parsemé alors de nombreuses fleurs multicolores de tout types et origines; dont il serait futile de faire la liste complète. Bien que l'île, décrite en ces termes, paux paraître d'hores-et-déja bondée et sans place, il n'en est rien; un grans espace se retrouve en son milieux, et une petite table en bois léger avec une chaise pliante à ses côté, mais néanmoins non pas dirigée vers elle, détournant sa direction de la table. Au pied de la table, un arrosoir qui ne se vide jamais et divers accessoires pourvus, permettant d'entretenir à sa guide la flore de ce petit monde confiné mais pourtant emporteur, et surtout, porteur de rêves. Mais ce qui attirait le plus l'attention en ces terres isolées, c'était l'unique élément posé sur la frêle table. Un carnet, un simple et unique carnet, de taille conséquence néanmoins, avec les lettres composant le mot "esprit" gravé dessus. Composant mais pas composé; les lettres étaient dans le désordre, et seul la reflexion personelle permettait de dénoté ce que ces lettres désordonnées pouvaient signifié en soit. Le compositeur des lettres avaient sûrement composé avec les pieds se jour là, aimait se dire Clay a chaque fois qu'il observait le titre saugrenu de cet étrange cahier qu'il connaissait bien. Il s'installait sur la chaise, décontracta, appréçiant la teinte chaleureuse du ciel en ces instants. La venue du soir, était le moment préfféré de la journée de Clay. Non pas le soir, ni même l'après-midi; ce qu'il y a entre les deux, lorsque les couleurs claires de l'après-midi commençent à se fânées et à prendre un tont légèrement pâle, alors que l'on ressent que le soleil perd de son influence sur le ciel et que la claretée du décors, bien que toujour aussi visible, semble devenir daltonien comme qui dirait. C'était toujours un spectacle que Clay savait appréçié dans la journée, et ce moment subtil et si précieux de la journée, en était d'autant plus appréçiable l'été, alors que les jours s'allongent et qu'ainsi ce ciel se prolonge lui aussi sur une voir deux heures, alors que la chaleur intenable de la journée commençe à être filtré et que les fraîche brises refont surface en cette demie-teinte naissante, de passage vers une nuit annonçée. Ceci, était la véritable beautée de la natûre ... Même si crée par le Créateur. Après tout, quelle importance ... En tout cas, ce n'était pas le moment de pensé à cela. Ou plutôt, si, ça l'était, mais pas vraiment dans ces circonstances. Clay s'assis sur sa chaise pliante, et pris le mystérieux cahier en ses mains. Il esquissa un sourire habituel en regardant la couverture; c'est drôle, mais la position des lettres changeaient à chaque fois qu'il revenait ici. Puis, il ouvris le cahier pour se délecter de son contenu. Quelle surprise; le cahier n'était autre que le résumé de sa vie, de chaque élément l'ayant marqué et de chaque raisonnement naissant en son esprit. Le cahier, d'apparence tenant dans une centaine de pages à vue d'oeuil, avait en réalitée un nombre de pages infinis et l'on pouvait en tourner les pages sans jamais en voir le boût. Chaque évènement et reflexion importante dans la vie de Clay était contenu ici; c'était un sorte de moteur de ses reflexions. Il avait symbolisé, donné forme, à ses reflexions en la forme de ce cahier, qu'il consultait lorsqu'il voulait réfléchir loins de tout, dans la cage qu'était son esprit qu'il avait crée de toute pièce à son image. Tout le monde fait ça d'une certaine manière; tout le monde symbolise certaines choses en eux, à leur esprit, leur donne une certaine forme ... Il est juste que tout le monde ne va juste pas au point où il est allez dans la construction de ce monde imaginaire en son esprit étriqué. Cette prouesse d'immagination, était le salut de Clay lorqu'il était acculé et pouvait se permettre cette petite dérive en son plus proffond. Il pouvait se calmer, se détendre, ici, alors qu'il appréçiait un décors agréable et apaisant et feuilletait son cahier d'esprit au calme, recontruisant tranquillement le puzzle de ses reflexions intérieures. Et là ... Tout revînt au calme et à la logique. Clay aimait rêver de temp à autre comme tout le monde, mais il savait pertinamment que la vie ne donnait pas occassion aux rêveurs de rêver, encore moins un guerrier comme lui qui était débordé et mettait sa vie en danger constament. Il ne pouvait venir qu'ici rarement, mais cela le permettait de grandement lui faire revenir à la rationalitée ... Comme présentement. Il avait commençé à voir noir arrivé dans l'autel de Philemore, a vu noir en voyant la réaction de ses futur coéquipiés, et a vu extrêmement noir à son réveil ici. Sa vue des choses était devenue ambigüe, corrompue et pessimiste. Mais il était revenu à lui via une scéance de vide total, où il fît cure de tout ce qu'il y avait autours de lui, pour s'évader et se purifié intérieurement. Maintenant qu'un nouveau chapitre s'est ouvert en le cahier de son âme, il pouvait revenir au monde réel, où le choses étaient bien moins agréables ...


... "...a preuve même que vous êtes venus pour espionner nos recherches !"

Clay revenait à lui. Apparament, facilement une dizaine de minutes s'était écoulé. A en juger par la tension dans la salle et la réaction de ses occupants, rien n'avait changé et ils ont continué à croire naïvement que ce nain, Muradin, les croiraient aveuglément dans leur histoires abracadabrantes. Cela l'exaspéras partiellement, mais il préfféra ne pas trop y penser, de peur de revenir dans un état d'obsession comme dans lequel il était tout à l'heure. Mais visiblement, le gnome avait quelque-chose d'interessant à faire part. Il parlait d'une "preuve que nous étions des espions". Allons donc. Clay hésita entre si il était temps qu'il se mette à agir, ou si il devait continuer d'observé et laisser les jeunes apprendre leur leçon. Aucun de deux; il déçida d'abord d'écouté la lettre que Nébulon avait apporté et entamé la lecture, alors qu'un personnage imposant qui n'avait rien d'un nain --Et encore moins d'un gnome !--, venait de faire son entrée dans la pièce.

"Chers compagnons. Chers amis...
En vous envoyant dans le Northrend, j'ai eu la vague impression qu'ils manquaient des membres du groupe. J'ai fait quelques recherches et trouvé Sire Kratos Aurion, un mercenaire de talent, qui vous aidera dans votre mission. N'oubliez pas votre objectif premier : Trouver le morceau de la Quintessence ! Pour cela, vous avez carte blanche.
Cordialement, Philemore Fergesson."


... Une lettre de Philemore ! Et un allié qu'il a personellement choisis ! Voila exactement ce que l'on pouvait espéré de mieux. Juste un rapide regard en la personne de Kratos, et Clay compri aussitôt qu'ils avaient ici affaire à un allié de choix, qui leur assurerait plus de protection de proffesionalisme, et surtout, surtout, l'aiderait à redressé un peux les jeunes guerriers qui n'ont aucune réalitée de leur situation et du monde en général, avant qu'un malheur n'arrive ... Le regard de Kratos était celui d'un vétéran expérimenté qui savait ce qu'il faisait et les tendants et aboutissants de ses actions. Il avait l'air visiblement de partagé un age plus ou moins semblable à celui de Clay physiquement; une bonne chose. En tout points, la venue de Kratos était bénéfique. Finallement, Clay n'aurait pas eu besoin de s'évadé une dizaine de minutes; en toute circonstances, une bonne nouvelle serait arrivée. Très heureux de cela, mais cela devînt encore mieux lorsque celui-ci prît la parole; il rectifiait le tir de l'ignorance de ses camarades, alors qu'il les connaissait à peine ! Grandiose. Il faisait ce que Clay s'était retenu de faire tout du long par pur et stupide aigrissement. Excellent. Clay sentait l'espoir revenir en lui. Muradin gobait tout ce que disait Kratos; parfait, parfait, parfait ! Clay était on ne peux plus heureux, il sentait qu'on allait enfin pouvoir avançer. Et ce n'était pas le jeune aux cheuveux bleus qui soufflait nerveusement d'exasperation devant le fait de mentir --Pourtant élémentaire !--, qui allait lui faire détourné le regard sur combiens ils étaient chanceux en ce présent instant que Philemore leur aient envoyé Kratos. Puis, Muradin, maintenant pris de soudaine confiance pour le groupe --Heureusement qu'i létait de natûre sympathique--, entama un monologue explicatif de sa situation et de propositions qu'il nous faisait. Evidemment, il était difficile de s'immaginer ne serais-ce que refuser; c'était une chance inouïe que l'on tombe sur une telle aide en de telles circonstances, surtout après le manque de prudence inouïe de ses coéquipiés qui auraient bien pu tourner au drâme. Clay esquissa un sourire; tout ces raisonnements aussi naturel que fluide lui venaient à l'esprit d'autant plus qu'il sentait enfin que le choses avançaient. Il espérait que les autres comprendraient aussi bientôt. Il quitta enfin sa position adossée au mur qu'il avait garder tout ce temps, si bien que les premiers mouvements sen fûrent par ailleurs difficiles, et se dirigeas vers Muradin en lui tendant la main. Puis, il lâcha un fier et certain ...

"Définitivement ... Avec vous."

Il tourna son regard assuré vers Kratos, qui était aux côtés de Muradin, comme pour faire comprendre une certaine complicitée du fait qu'ils sont les deux seules personnes avec un minimum d'expérience du groupe, et qu'ils devaient maîtriser la situation pour rattraper les erreures commises par le reste du groupe. Il espérait que le message passerait vite et bien.


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 06:51 (2018)    Sujet du message : [Chapitre I] Arrivée dans la Désolation

Revenir en haut
              

   Inheritance of Madness Index du Forum .::. Néant
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Page 2 sur 2
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.